Le zèbreLe matériel de l'expédition  Comment se procurer le livre UN ZEBRE AU SAHARA de Chris Saunier L'auteur Le matériel de l'expédition Le trajet

  En 1980, ce passionné d'électronique met au point l'ancêtre du GPS, mais fonctionnant sans satellites. Pour tester cette ultime trouvaille, il en équipe naturellement sa propre voiture.  Très vite, les résultats dépassent toutes ses prévisions.   Devant le succès obtenu, il décide alors de réaliser un vieux rêve de gosse : traverser le désert du Sahara sans emprunter aucune piste !   Il est encore très loin d'imaginer le rude voyage qui l'attend.   Après deux ans de préparation méticuleuse, il se lance enfin, seul, entre ciel et sable, sans aucun appui ni assistance.  Il n'a alors que 21 ans, mais sa détermination et son enthousiasme le conduiront au plus profond d'un désert où toute vie semble impossible.                       100 % Vécu  

Résumé du livre  L'auteur  Lire un chapitre  La vipère a cornes  Le Zèbre  Le matériel  Le trajet  Tempêtes de sable 

De l'eau comme carburant  Conférences, rencontres et dédicaces  Radio  Presse  Internet  Télévision   La tournée au JAPON 

  <= Le site en Japonais   Le modèle réduit   Le courrier des lecteurs  Comment se procurer le livre  Remerciements  Contact

 

 

J'essaie chaque jour de corriger les erreurs de la vie,

en faisant pour les autres ce qu'on a jamais fait pour moi.

                                                            Chris

 

 

 

 

                      

                                       Chris naît en 1960 à Orléans.                     

Très tôt, le jeune bambin comprend que l'environnement est une école.

Il commence alors à démonter tout ce qui passe à sa portée, laissant présager 

une carrière dans le technique. Ce n’est pas de la destruction mais plutôt de l'intérêt. 

Ensuite il remonte tout. Il faut dire que la famille ne roule pas sur l'or et, en l'absence 

de jouets, le rejeton n'a pas d'autre choix que d'assouvir sa curiosité naturelle 

avec ce qui l'entoure.

                                                       

Parmi ses nombreuses victimes, le vieux piano du salon passe également entre

 ses mains. Il commence ainsi à en jouer seul à l’âge de 4 ans, sans jamais suivre

  de cours ni même apprendre un solfège qu'il refuse encore aujourd'hui. 

Chris reproduit alors tout ce qu'il entend à la radio. Une passion vient de 

naître, qui ne le quittera plus. 

Premiers signes d'une très longue expérience de 40 ans de "piano-bar", 

toujours sans solfège ni partitions... 

 

 

 

Puis notre petit monstre s'oriente vers l'électricité. A force de 

bobiner du fil de cuivre autour d'un clou, à 8 ans, il réalise un 

moteur électrique, le plus rustique qui soit, simplement constitué 

d'une pile, d'un aimant et de fil électrique en forme de cœur.

 

" Le coeur artificiel ". inventé à 8 ans par Chris

 

Nous sommes alors en 1968 et c'est une première 

mais le bambin ne le sait pas encore.

A cette invention, il donnera le surnom de "cœur artificiel".

 

Elle marquera le début d'une longue carrière.

Il découvre ensuite l'électronique puis la "haute-tension". 

A 12 ans, il achève la fabrication d'un générateur de rayons-X

à partir de vieilles carcasses de télévisions. 

 

 

Son coté technique va bientôt révéler son coté artistique.

Avec un fer à souder de fortune, il assemble un globe terrestre 

en fil de fer. Il passera ensuite des heures à le regarder 

en rêvant de voyages.

                                                                           

 

 

Avec un morceau de tresse métallique, il réalise aussi 

ce minuscule cobra, de seulement trois centimètres de haut,

sans même se douter qu'un jour il en verra de très prêt...   

 

 

   

 

 

Alors que ses copains exhibent fièrement des phalanges roussies par leurs 

premières cigarettes, les siennes le sont aussi, mais pour d'autres raisons. 

Les brûlantes expériences de la veille au soir ont encore mal tournées. 

Une nouvelle fois, il a dû évacuer le grenier en quatrième vitesse sous peine 

d'asphyxie. Les traces laissées sur ses doigts, attestent encore de la violence 

du foyer. A cette époque, il croit plus à l'extincteur qu'au bon dieu.

 

C'est naturel d'être différent. 

Ce qui est compliqué, c'est d'être comme les autres.

 

                                                     Chris

 

 

 

  En parallèle, les programmes scolaires lui paraissent bien fades. Ils ne répondent pas du tout à son besoin d'épanouissement. Le gamin collectionne donc les zéros en dictée, mais excelle en travaux pratiques.

      

Chris achète ensuite son premier couteau suisse qui ne le quittera plus. 

Au fond du grenier de la maison, armé de cet inséparable outil, 

il tente alors les expériences les plus farfelues. 

 

 

 

Original et distrait, il n'est pas rare qu'il enfile son pull à l'envers ou qu'il arrive à l'école avec des chaussettes de couleur différente. 

A l'âge où les autres écoliers ne soignent que leur image, Chris reste plus concentré par ses inventions que par les éternels soubresauts de la mode ou qu'a se pommader le groin pour en chasser l'acné. 

    

 

Après s’être laissé vivre pendant de longues années, on le classe 

définitivement comme cancre, et il finit par redoubler en sixième 

de transition !

(Pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’y aller, sachez que le simple 

fait d’ouvrir un livre était comme une déclaration de guerre envers le 

reste des élèves. Ça finissait souvent en bagarre générale.)

Il est alors le plus jeune, dans cette classe où le redoublement est souvent 

une tradition de famille. Ici, personne n'est là pour étudier. Seul le petit 

Chris a encore envie d’apprendre, et visiblement, ça dérange les autres. 

Afin de retourner dans une classe digne de ce nom, il se met, cette fois, 

à travailler. 

 

 

Pour préserver son indépendance, il prend l’habitude de distribuer 

quelques raclées autour de lui, sans attendre qu’on vienne les chercher. 

Il peut ensuite ouvrir tranquillement ses livres. 

Ainsi donc, après avoir éclaté plusieurs lèvres et repeint quelques yeux, 

il est rapidement classé comme "asocial et dangereux" par le reste de la meute. 

Désormais, on l’évite farouchement. 

 

Le proviseur, las d’entendre relater ses péripéties, le convoque pour trouver 

un terrain d’entente. L’année suivante, il sera remis dans une scolarité 

normale, en échange de bons résultats et d’un calme retrouvé. 

Le petit Orléanais travaille alors d'arrache-pied et les résultats suivent.

 

L'ex-cancre va enfin pouvoir faire ce qui lui plait ... 

 

Chris décroche un bac F3 (mécanique, électricité, électronique), mais les matières 

apprises à Orléans ne lui suffisent pas. Il comprend vite que s’il veut approfondir 

ses connaissances, il devra partir étudier à la capitale.

L’autre problème est que l'enseignement public de l'époque n'offrant aucune 

des nouvelles disciplines qui l’intéressent,  il ne lui reste que le privé, 

mais c'est hors de prix... 

 

 

Chris se rend alors à Paris et réussit le concours d'entrée dans un bahut 

coûteux pour "fils à papa" où les étudiants portent costume cravate et viennent 

en Porsche. Il est alors le seul spécimen survivant d'une classe de transition. 

Il découvre vite qu’aucun de ses camarades n’est là par choix, mais uniquement 

sur décision des parents. Ca fera toute la différence. 

 

Trahi par ses vêtements sortis tout droit de chez Emmaüs, Chris passe 

rapidement pour un indigent nécessiteux infréquentable. 

Dans un grand souci d'humanité, les autres élèves ne manquent pas 

de le lui rappeler quotidiennement. Chris s’en moque et travaille avec acharnement. 

Malgré ses excellents résultats, les réflexions de ses gentils camarades commencent 

à inquiéter le gestionnaire de l’établissement. Pour le rassurer, Chris lui confesse 

qu'il joue du piano-bar pour financer ses cours

Surprise du directeur ... qui finira par venir l’écouter jouer de temps en temps.

 

 

Chaque midi, l’ensemble des élèves se retrouvent dans le même restaurant chic, pendant que dans un

 autre, notre asticot joue du piano le ventre vide, cerné d’amoureux qui déjeunent aux chandelles.

 

Pas assez d’argent non plus pour un hébergement à Paris, alors chaque jour Chris enregistre ses cours

 sur un petit magnétophone qu’il réécoute au casque le soir, dans le train qui le ramène à Orléans. 

Pour économiser les piles, notre jeune étudiant a dû trouver une solution :

Il branche discrètement deux fils sur le plafonnier du wagon. 

Bien cachés derrière le rideau de la fenêtre, ils descendent jusqu’à un petit montage

électronique « fait maison » qui transforme le 72 Volts du train en 6 Volts pour le magnétophone.

Depuis ce jour, écoute et rechargement gratuits des batteries. 

Il est vite découvert par le contrôleur SNCF de l’époque qui fermera gentiment les yeux sur 

cette pratique peu ordinaire, subjugué par l’ingéniosité du système et par cette détermination à 

étudier, coûte que coûte.

 

Le manque est constructif...

 

                                                     Chris

 

 

Grâce à bon nombre d’astuces du même genre, à un manque perpétuel de sommeil et à l’aide

 inoubliable de quelques uns de ses professeurs, Chris parviendra à suivre, en parallèle, 

les enseignement dispensés dans différentes filières, telles que : traitement du son et 

de la vidéo, informatique, microélectronique, robotique, cybernétique, 

intelligence artificielle, électronique moléculaire... 

 

 

 

Et voici la réponse de Chris quand on l’interroge sur ses diplômes. 

 

 

"A l'opposé de ces ingénieurs de pacotille qui vous citent leurs diplômes en guise de prénom, 

j’éprouve plus de satisfaction à m'être sorti d'une classe de transition, plutôt qu'à exhiber 

le moindre de mes titres. Cette discrétion à propos de mes qualifications, a d'ailleurs 

joué des tours à pas mal de gens. Quelques-uns, trop prétentieux, ont assez mal digéré 

leur comparaison avec une boîte de conserve. L'important n'étant pas l'étiquette, mais plutôt 

ce qu'il y a vraiment dans la boîte.

 

La compétition ne sélectionne que les plus conformes...

 

Il serait temps qu'on arrête de nous bassiner avec les diplômes. Pour avoir fréquenté, 

tour à tour, les cancres puis les tronches, je peux vous assurer que la mesure de l'intelligence 

ne se fait pas avec des titres. Elle se lit dans l'éclat du regard, et quand l'œil ne transmet rien, 

c'est souvent le signe que derrière, la cervelle est vide. Tous les diplômes du monde 

n’y changeront rien. Face à eux, les autodidactes ont cent fois plus de mérite. 

C'est l'envie d'apprendre qui les anime et elle reste la meilleure garantie de la réussite.

 

Depuis les bancs de l'école jusqu'au fond de nos entreprises, notre monde est gangrené 

de ces "tronches", avares de renseignements. Ils prétendent que tout est toujours compliqué,

 pour ne pas avoir à diffuser leur savoir, et verraient d'un très mauvais oeil, que vous

en sachiez autant qu'eux. Ce refus de partager ses connaissances est le reflet d'un esprit 

étroit, souvent mal irrigué derrière une cravate trop serrée, tout juste bonne à empêcher 

la cervelle de dégouliner dans les godasses.

En réalité, beaucoup de choses apparemment compliquées se révèlent fort simples, 

dès l'instant que quelqu'un prend la peine de nous les expliquer. Encore faut-il trouver 

une personne qui en ait envie. Je crois personnellement que la richesse est dans l'échange. 

C'est tellement agréable de transmettre ce qu'on a appris. Je reste convaincu que le partage 

des connaissances permettra un jour, à chacun, de s'instruire librement. 

Internet n'en est que le précurseur.

 

                                                                                                             Chris

 

 

 

 

 

Chris va exercer bon nombre de petits boulots, aussi divers que gardien de zoo, preneur de son, cameraman, maquettiste, disc-jockey, traducteur technique, moniteur  de colonie de vacances, instructeur de planche à voile ou maître nageur dans les eaux froides de Bretagne... 

 

 

... et même dessinateur. 

 

 

 

Au cours de la grande époque des "radios libres" (qui n'en avaient

 encore que le nom), Chris participera à la chute du monopole d’Etat 

sur la radiodiffusion et à l'ouverture de la bande FM 

aux multiples expressions musicales, culturelles et associatives.

 

Chaque soir, une partie de chat et de souris se jouait entre les 

"animateurs pirates" et les "forces de l'ordre". Dès la tombée 

de la nuit, les patrouilles de police sillonnaient la ville à la 

recherche des maudites antennes, pour confisquer puis détruire le matériel. 

Les émetteurs illégaux, très volumineux, devaient donc être 

déplacés régulièrement.

 

Chris mettra alors au point un mini studio portable clandestin, de la taille d'une petite valise. Composé d'un puissant émetteur embarqué 

avec tout son matériel d'enregistrement et de prise de son, il pourra 

même fonctionner en pleine nature, depuis la batterie d'une voiture.

Jamais découvert, il sera utilisé jusqu'a la légalisation des radios locales. 

Chris passera alors de l'autre coté du micro pour animer ses propres émissions.

 

Aujourd'hui, après tant d'efforts pour obtenir une indépendance de la bande FM,

il déplore ce qu'elle est devenue: un média de masse, gavé de publicités, dont 

le seul but est de garantir l’indice d’écoute.

Là aussi, dit il, "le profit et l'enrichissement ont tout détruit."

Et il ajoute :

 

"Heureusement qu'il nous reste quelques rares médias vraiment libres, et qui font 

un travail remarquable, comme Thinkerview, a qui je tire mon chapeau 

et que je cite en exemple a chacune de mes conférences. 

Leurs vidéos mériteraient d'être inscrites aux programmes des collèges et des fac..."

 

 

 

 

Chris travaillera aussi pour le cinéma.

 

 

 

On le retrouve sur plusieurs films, dont celui de Claude Lelouch 

"Les uns et les autres".

Il participera aussi à de nombreux tournages mais cette fois 

pour une autre de ses compétences, les "effets spéciaux".

 

 

Simca 1100 zébrée. Expedition Sahara 1982. Chris Saunier

 

 

Retour d'afrique, le service militaire.

Puis le service militaire.

 

 

Apres un desert, on ne peut qu'aimer la plongée.

Après le désert, on ne peut qu'aimer la plongée.

 

 

 

 

 

En 1986, C'est le 7eme CAMEL TROPHY 

Au programme :  3300 Km à travers l'Australie.

C'est la plus longue édition depuis sa création.

 

C'est aussi la première fois qu'un équipage français pourra 

y participer. Chaque pays ne doit présenter que deux concurrents ! 

 

Chris fait partie des 25000 candidats qui postulent. Il réussit 

les nombreuses épreuves de sélection mais son dossier ne sera 

finalement pas retenu car il possède déjà une expérience du désert 

et, en cette année 1986, le CAMEL TROPHY ne souhaite 

se destiner qu'aux "amateurs débutants".

Dommage... 

 

 

 

 

Chris travaillera ensuite pour l'armement, où la diversité de ses 

connaissances seront enfin perçues comme un atout. 

Après sa collaboration à la robotique des drones terrestres, il continuera sur la 

sécurisation du radioguidage des drones aériens et les débuts du "vol en immersion".

Interception de communications, brouillage, chiffrement, analyse d'images, intelligence embarquée...

 Il intégrera ensuite le département "études et développements fusées", pour la conception

 et la mise au point de l’électronique des missiles dit « intelligents ». 

 

 

 

En 1990, l'Irak envahit le Koweït. 

C'est la tristement célèbre "Guerre du Golfe ". 

La France, qui fait partie de la coalition internationale, participe donc militairement au conflit. 

Très vite, les télévisions du monde entier diffusent en boucles les  images des fameuses 

"frappes chirurgicales" mais aussi des "dommages collatéraux". 

En découvrant que la France vends des armes aux deux camps, Chris réalise 

que sa passion pour l'électronique l'a conduit trop loin et 

qu'il a mieux à faire que de participer à la conception de nouvelles armes. 

Il démissionne et quitte définitivement Orléans pour aller 

s'installer dans le sud de la France.

 

 

Après un passage au "Centre National d'Études Spatiales",

 

  

Chris, dans la "salle de lancement" du CNES.

 

 

Il mettra ses talents au service des calculateurs 

embarqués a bord des automobiles. Aujourd'hui encore, bon nombre 

de nos injections électroniques lui doivent une fière chandelle. 

 

   

 

 

 

Entre temps, il fonde "Les Experts", 

Conseil Informatique International entre la France et le Japon.

 

 

En collaboration avec l'Ambassade du Japon, Chris réalisera des 

programmes informatiques de formation au Japonais. 

Pendant plusieurs années, il animera un nombre incalculable d'heures 

de visioconférences et de télé-interventions entre les deux pays.

 

 

 

 

C'est ce qu'on fait de notre temps sur Terre qui importe...

                                                    Chris

 

 

 

A présent, Chris a jeté sa montre et habite la région toulousaine. 

"il faut trouver son propre rythme ", dit il.

Passionné, rêveur, obstiné, il laisse rarement les autres décider pour lui, et il ajoute: 

Dans ce monde de servitude volontaire, on est responsable de son destin.

Chacun doit faire ce qu'il croit bon, sans attendre de consignes d'une

religion infantilisante, ou "l’esprit saint" éradique "l’esprit critique"

 

Chris est attiré par d'anciennes  valeurs comme la courtoisie et le respect.

Il aime prendre son temps, l'amitié, la confiance, la simplicité, 

se soucier les uns des autres, le goût de l'entraide et du partage 

qu'il argumente à sa façon :

 

Chacun de nous détient, sans le savoir, la solution aux problèmes des autres.

 

                                                                      Chris

 

Il se désintéresse d'une politique dont les bulletins  d'informations manipulent et divisent. 

Il n'a, d'ailleurs, toujours pas de télévision pour lui dire ce qu'il faut voter, boire, manger, écouter, répéter ou penser de...

Une télévision qui nous fabrique des certitudes.

 

 La télévision, le cinéma, les jeux video, cultivent et banalisent une violence

 

 qui nous fabrique les monstres de demain... 

 

 

 

 

Eteignez vos télévisions, sortez de chez vous et parlez à vos voisins.

 

                                                                   Chris

 

 

 

... sa vie par procuration, devant son poste de télévision.

                                                                       Jean-Jacques Goldman

 

 

Chris adore rire, dessiner, jouer du piano, regarder gambader des écureuils, 

ne pas penser mais ressentir, écouter des slows, les sushi, le Nutella, voyager.

 

 

Ancien pompier volontaire, il a étudié plusieurs langues dont le Japonais. 

 Il aime enseigner, transmettre ses connaissances,

 et prendre les commandes de toutes sortes de véhicules...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus que le but, c'est le cheminement qui enrichit.

 

                                              Chris

 

 

Seance d'accordage. Le piano a toujours ete l'un de mes vices.

...ou accorder un piano.

 

Fort de sa longue expérience du Piano-bar, il transmet 

volontiers à quelques privilégiés, sa méthode personnelle 

pour jouer rapidement, sans partitions ni solfège.

Une technique révolutionnaire qu'il a mise au point très jeune,

et qu'il aime à faire partager.

 

Ici, au Van Gogh de Toulouse, avant son piano-bar...

 

 

... au "Bijou" de Toulouse...

 

... au "Salon de Vauban" des Cammazes.

 

 

Faire ce qui est bien, c'est le faire quand personne ne regarde.

 

                                                     Chris

 

Chris a horreur du foot et de l'esprit de compétition qui, d'après lui, pourrit tout.

Il n'aime toujours pas la chasse, la corrida, tuer pour se divertir, les cravates,

la croissance économique, le libre échange qui mène a la destruction des plus faibles, 

le rendement, l'obsession de la performance, l'asservissement, 

la dictature du matérialisme, la consommation frénétique, 

la productivité à outrance qui rend les hommes malades et désespérés, 

les cartes de fidélité, l'accumulation, la colonisation de l'esprit par la publicité.

Chris préfère l'insuffisance à l'excès. 

D'après lui, l'insuffisance est constructive mais l'excès est destructeur :

trop de tout, tue le désir, la curiosité, la délicatesse et l'ingéniosité. 

 

 

 

Concernant la nature humaine, je suis convaincu que l'un 

des plus grands progrès de l’humanité serait de pouvoir 

détecter les pervers narcissiques a l’échographie…

                                                            Chris

 

Chris se méfie des fausses promesses d'éternité commune à tous les marchands 

de religion, de leurs manipulations entre espoir et crainte, 

des leaders en général et ceux qui se prennent trop au sérieux,

tous ces théoriciens cravateux, qui ont si peu de savoir mais tellement de certitudes, 

et qui parlent au nom des autres sans jamais en partager l'existence,

tous ces politiciens de carrière et leur marché de la promesse, qui se servent au lieu de nous servir,

ces politiciens qui nous inventent sans cesse de nouvelles peurs 

et qui les entretiennent avec soin, pour nous rendre dépendants, craintifs, 

soumis, vulnérables, nous ôter tout jugement objectif et toute capacité à réfléchir. 

Le vote « démocratique » nous donne l’illusion du choix.

 

 

 

La conception de ce logo de Pôle emploi a coûté la bagatelle de 500.000 euros...

...et celui de l'ANPE  2.4 millions d' euros

...

Des croquis du niveau d'un enfant de CM2

 

 

 

Chaque année, le budget mondial dépensé en publicité s'élève à 500 milliards de dollars.Une étude de l'ONU estime que seulement 20% de cette somme suffirait à faire disparaitre la faim dans le monde Tous les jours, je lave mon cerveau avec la PUB.

La publicité commerciale est une pollution qui nous pousse a un gaspillage scandaleux.

 

Pour "satisfaire les industriels", l'humanité pille, dévaste, pollue et légalise un 

esclavage moderne ou le chômage est cultivé comme un instrument de chantage,

ou l'Homme n'est plus qu'une pièce fonctionnelle de la production, dans une société 

totalement axée sur la consommation matérielle.

Des hommes qui sont "nourris pour servir les machines..."

 

L'homme est un primate prétentieux...

                             Chris

 

Dans ce monde d'asservissement légal, Chris déplore l'enseignement du marketing :

l'art d'influencer, de tromper, de manipuler et du management : théorie générale de l'exploitation, gérer l'humain comme un engrenage, faire atteindre à certains, des objectifs définis et pécuniairement attendus par d'autres...

 

D'après lui, "on est vivant parce qu'on se parle". 

 

Et il ajoute : 

 

"La violence du capitalisme a réduit l'ensemble des rapports humains à 

des rapports marchands, ou le plaisir immédiat est devenu la règle.

Depuis que les valeurs de commerce ont remplacés les valeurs d’humanité,

nous sommes victimes d'un progrès économique qui va à l'encontre de l'Homme. 

C'est la loi du profit maximum qui s'est substitué au bon sens, permettant ainsi 

le massacre de l'intelligence humaine, dans un démantèlement silencieux, 

tant industriel que social. 

C'est grave de confondre "mieux être" et "avoir plus". 

 

 

A titre d'exemple :

Savez vous que les prix des produits sont soumis à de brusques changements 

et que la réaction du public est mesurée grâce aux fameuses cartes de fidélité.

La grande surface en tire un coefficient de consentement .

Je vous laisse le soin d'imaginer son but ... "

 

 

 

"Tout le monde savait que c'était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l'a fait." Chris Saunier. Un zebre au Sahara

 

Et quand on le questionne à propos de son expédition au Sahara 

ou sur l'écriture de son livre, Chris se définit toujours comme 

écrivain amateur et cite simplement cette jolie phrase 

de Marcel Pagnol:

 

"Tout le monde savait que c'était impossible. 

Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l'a fait."

 

 

  

 

IL MEURT LENTEMENT… 

un très beau poème de Martha Medeiros 

( souvent attribué par erreur à Pablo Neruda)

Afficher l'image d'origine

 

 

 

Pierre Rabhi     Vers la sobriete heureuse

"Le délit suprême est d'avoir livré la beauté de la vie, à la vulgarité de la finance"

Pierre  RHABI

 

 

 

 

 

 

Je dédie ce site à   J.J GOLDMAN. 

 

J'avais alors 18 ans. A cet âge malléable où l'on doute

  de tout,  ses chansons avaient déjà un goût de vérité que

 les médias de l'époque n'ont pas su voir. 

Ce soi-disant  « Chanteur à minettes », qui déplaçait les

  foules à chacun de ses concerts, a pourtant su montrer

  la  direction à suivre à toute une génération d'ados. 

Celle qui permet d'aller "au bout de ses rêves". 

Alors sans lui, qui sait, aujourd'hui, je brûlerais

  peut-être des voitures…

 

 

CHRIS

 

 

                                                                                                                                                              

 

 

Retour au menu  ou  Suite (Lire un chapitre)

 

Invention de l'ancêtre du GPS. Le site officiel de Chris Saunier. Celui qui prétend que le désert est vide, doit apprendre à regarder... 

Zèbre.  Simca 1100 break voiture zébrée . Expédition Sahara 82. Vipère a corne. . JJ Goldman. Victorinox. Survie. conférence. céraste. . Simca zébrée Simca zèbre

Tournée au Japon. En 1980, ce passionné d'électronique met au point l'ancêtre du GPS. 

Un appareil révolutionnaire qui permet d'indiquer précisément la position d'un véhicule, à la surface de la terre. Pour tester cette ultime trouvaille, 

il en équipe naturellement sa propre voiture. Très vite, les résultats dépassent toutes ses prévisions. Devant le succès obtenu, 

il décide alors de réaliser un vieux rêve de gosse : traverser le désert du Sahara, sans emprunter aucune piste ! 

Il est encore très loin d'imaginer le rude voyage qui l'attend. Après deux ans de préparation méticuleuse, il se lance enfin, seul entre ciel et sable, 

sans aucun appui ni assistance. Il n'a alors que 21 ans, mais sa détermination et son enthousiasme le conduiront au plus profond d'un désert 

où toute vie semble impossible. 100 % Vécu. "la SIMCA 1100 de mon père"  moteur a hydrogène equirando

J'essaie chaque jour de corriger les erreurs de la vie,

en faisant pour les autres ce qu'on a jamais fait pour moi.